Deux semaines plus tard, c'est par la presse locale que j'ai appris qu'il y avait eu une mystérieuse disparition sur le terrain de l'exposition. Un ouvrier ne se serait soudainement plus présenté à son travail. Certains de ses collègues avaient affirmé l'avoir vu arriver comme d'habitude un jour au matin et ne plus l'avoir revu depuis.

Je sais que ces deux histoires pourront vous paraître simple et sans intérêt. Cependant, je reste aujourd'hui très perturbé. La disparition de l'ouvrier du chantier n'aurait sans doute pas attiré mon attention si je n'avais vécu moi-même d'aussi prêt l'histoire du premier ouvrier qui était tombé. Aujourd'hui, je me pose beaucoup de questions à propos de ces deux évènements et je tenais à vous en faire prendre connaissance.

L'ouverture de l'exposition n'est plus que pour dans deux semaines et je compte bien m'y rendre. Je vous tiendrai bien sûr au courrant de tout nouvel élément que je pourrai y découvrir.

 

En vous remerciant de l'attention que vous avez bien voulu apporter à ce courrier.

 

Hans Mayer.

Page précédente

Retour au dossier