Addendum à la page 154 du Guide des Cités

          Malheureusement, les incursions du futur romancier dans les cités ne dureront pas longtemps. En effet, quelques mois plus tard, l'échafaudage sera démonté et le passage deviendra inaccessible. Malgré tous ses efforts, Jules Verne ne put jamais le retrouver. Ce n'est que plusieurs années plus tard que "la force de son imagination" lui permit toutefois de retrouver le chemin des cités à plusieurs reprises. Mais contrairement à ce qu'il affirmera ultérieurement, ce ne fut pas le seul moyen. A-t-il oublié réellement ses aventures adolescentes, ou bien a-t-il agit ainsi par vanité pour préserver sa renommée de visionnaire?

          Après tout, le romancier s'est souvent inspiré de ses longues conversations avec Axel Wappendorf. La similitude entre l'Obus céleste de Wappendorf et celui du roman De la Terre à la Lune, est frappante. Par contre , la Ville Flottante issue de leur collaboration semble avoir beaucoup plus intéressé Jules Verne, qui l'a décrite avec force détails, qu'Axel Wappendorf. Il faut dire que celui-ci venait d'essuyer un échec cuisant avec son Vaisseau du désert, et ne voulait certainement pas renouveler cette désagréable expérience.

          Aujourd'hui encore, le passage Pommeraye reste un lieu plein de mystères où de nombreux artistes viennent chercher le Passage et s'imprégner du génie qui hante encore les lieux.

Page précédente

Retour aux dossiers

LE GUIDE DES CITES     |      154quater